LA REVOLTE DES ESCLAVES


La revolte des esclaves

E

n 1517 deux mondes faisaient connaissances dans la douleur.Les indiens et les noirs vont se soulever.Henri jeune indien converti au christianisme, sachant lire et écrire, convainquit ses compagnons.Ils tinrent tête durant treize ans aux Espagnols.

L

a révolution des esclaves et l'abolition de l'esclavage [modifier] La révolution française déclencha des violences en cascade. Les colons réclamèrent l’autonomie et les libres de couleur, l’égalité réelle avec les blancs.

L

a révolte des Noirs débuta en août 1791 suite à la Cérémonie de Bois-Caïman, dans la plaine du Nord : plus de 1 000 Blancs furent égorgés et les habitations incendiées. Sous la conduite de leurs chefs — dont le plus important fut Toussaint Louverture —, les Noirs passèrent d’une révolte à une guerre de libération en s’alliant d’abord aux Espagnols de Santo Domingo, en guerre contre la nouvelle République française. De nombreux blancs, royalistes, soutinrent les Britanniques ou les Espagnols.

L

es commissaires de la Convention, guidés à la fois par leur idéal et la nécessité de se trouver des alliés, proclamèrent la liberté des esclaves ; Sonthonax, le 29 août 1793, pour la province du Nord, et Polverel le 4 septembre dans la province du Sud.

L

e 2 février 1794, la Convention confirma par acclamation cette déclaration et étendit l'abolition de l'esclavage à toutes les colonies françaises.

T

oussaint Louverture se rallia à la République en 1794. En quelques mois, à la tête d’une armée de 20 000 anciens esclaves, il libéra la moitié du territoire. Il fut nommé en 1796 général de division et vice-gouverneur de l’île.

E

n 1798, il négocia directement avec les Britanniques la libération des ports qu’ils détenaient encore et démontra ainsi qu’il était le seul chef de la colonie. Il imposa la suprématie des noirs sur les mulâtres au cours d’une guerre civile en 1800. En 1801, il établit son autorité sur l’ensemble de l’île en envahissant la partie espagnole et en promulguant une constitution. Il remit l’économie de plantation sur pied en instaurant le travail forcé, n’hésitant pas à rappeler les anciens colons et à réprimer par la force la contestation des noirs.


Retour à la page d'accueil


© 2001 Joseph Desardouin