LES RELIGIONS EN HAÏTI


L

ascension spirituelle du peuple haïtien par l'évangélisation commence effectivement après la signature du concordat entre le gouvernement de la république et le Saint-Siège, le 28 mars 1860, sous la présidence de Fabre Geffrard et le Pontificat de Sa Sainteté Pie IX.

L

'histoire des églises protestantes haïtiennes commence en 1817 avec l'arrivée, à Port-au-Prince, de deux missionnaires de l'église méthodique Wesleyenne d'Angleterre, en février de cette année, sur l'initiative du capitaine Reynolds, de la marine marchande anglaise. Après une conversation avec le général Inginac, il reçut l'assurance que le président Pétion accueillerait favorablement une mission protestante à Port-au-Prince, il décida le Comité missionnaire méthodiste de Londres à entrer en rapport avec la République d'Haïti.

L

'église adventiste, qui est une forme des églises baptistes, s'est établie d'abord au Cap-Haïtien et à la Grande-Rivière du Nord, par les soins de Michel Nord Isaac, un ancien prédicateur Wesleyen(1905).

L

e Vodou est une part de l'héritage du peuple qui gêne les aises des uns et blesse l'orgueil des autres Le Vodou est né et s'est développé comme une société secrète; son premier sortilège fut l'évasion de la réalité de ll'esclavage dans la vie libre: une période dans un rythme, la formation du clan des Marrons dans la société coloniale. Le Loa(l'Eloah) à l'origine c'est l'intermédiaire invisible mais actif entre l'esclave et la liberté.

L

es sociétés vodouesques ne sont pas théocratiques; leur synchrétisme s'est réalisé autour de trois groupements autonomes: les Rada, les Congo et les Don Ped.Cette forme de concentration ne constitue pas une conversion directe, c'est la manifestation d'une tendance à transformer le mal en bien, la libération du fatalisme. Le Loah(lEloah) du vodou ne défend que le moi socialisé, non la personne autonome.Sous ses différents aspects le culte populaire est profondément imprégné de l'Ancien Testament et de l'Islam et de l'influence des Loges et des Eglises.


Retour à la page précédente

Retour à la page d'accueil


© 2001 Joseph Desardouin