LES PREMIERS HABITANTS DE L'ÎLE

L

es Arawaks qui peuplent Haïti ou Ayti(la terre haute et sauvage).

Indiens


L

es Indiens découverts par Christophe Colomb étaient les Arawaks, qui se rapprochaient par l'apparence, écrit-il dans son journal de voyage, des habitants des îles Canaries. Ils étaient un million.Les indiens sous la direction des chefs ou caciques, mettaient en commun leurs ressources et partagaient le tranquille bonheur des premiers âges.Il croyaient que leur pays était le berceau du soleil et de la lune.Ces légendes emplissaient leurs chansons et coloraient de merveilleuses improvisations rythmées, leurs fêtes et leurs danses sacrées.

D

epuis des siècles l'équilibre paraît assurer une fois pour toutes entre ces Taïnos, petites communautés nomades et guerrières des Caraïbes et les tribus Ciguayennes des régions montagneuses. Leur existence avait évolué en interdépendance absolue avec le milieu nourricier.

L

es Arawaks sont en général de petite taille, de teint cuivré, ses cheveux noirs et lisses retombant sur le dos et en frange sur le front.Ils vivent dans des huttes rondes et certaines de forme rectangulaire. Ils s'habillent légèrement.Les femmes portent une courte jupe.Les deux sexes portent des bandelettes d'ornement au-dessous du genou et en haut du bras.La danse est le divertissement favori des Indiens.

S

édentaires et pacifiques, les Arawaks avaient déjà le charme poignant des choses appelées à disparaître.Ils vivaient des produits de la chasse, de la pêche et de l'agriculture.La culture du maïs et de la patate douce, la fabrication du pain de cassave tiré de la farine de manioc.

L

es Arawaks apprirent aux Espagnols à extraire une fécule nourrissante, la cassave, à partir de la toxique racine du manioc, à dormir dans des hamacs, à fumer la feuille du tabac. En retour, les Espagnols leur offrirent le microbe mortel de la petite vérole, l'esclavage, le travail dans les mines et la guerre.

L'

Indien fragile et peu habitué à ce labeur épuisant, fut incapable de supporter ces nouvelles conditions d'existence.La répression, les maladies et les massacres achevèrent d'exterminer la race.


Retour à la page d'accueil


© 2001 Joseph Desardouin